Senior expert

Peut-on faire dérailler les pacemakers ?

Voitures électriques, smartphones et autres

Les experts de la DGK et de la DGAUM ont dressé la liste des appareils qui interfèrent réellement avec les fonctions des stimulateurs cardiaques et des défibrillateurs implantés.

Les champs électromagnétiques générés par les appareils de notre vie quotidienne privée et professionnelle peuvent-ils interférer avec les implants du rythme cardiaque tels que les stimulateurs cardiaques et les défibrillateurs implantés ? Et à quel point ces influences sont-elles dangereuses ? Les patients cardiaques se posent souvent ces questions à eux-mêmes et à leurs médecins. Une déclaration de la Société allemande de cardiologie (DGK) et de la Société allemande de médecine du travail et de l’environnement (DGAUM) résume l’état actuel des études sur ce sujet et formule des recommandations pour la manipulation de divers appareils électroniques.

La bonne nouvelle dès le départ : les agrégats modernes de stimulateurs cardiaques et de défibrillateurs ne sont généralement pas affectés par les champs électromagnétiques dans la vie quotidienne, pour autant qu’ils soient programmés conformément aux recommandations du fabricant. Néanmoins, les patients qui se sont fait implanter ces dispositifs doivent faire preuve d’une certaine prudence lorsqu’ils manipulent certains appareils électriques de tous les jours.

Plus de 77 000 stimulateurs cardiaques et plus de 25 000 défibrillateurs sont implantés chaque année en Allemagne, et de plus en plus aussi chez des patients plus jeunes. Dans le même temps, le nombre de champs électromagnétiques dans notre environnement professionnel et privé continue d’augmenter en raison de la multiplication des appareils techniques. L’interférence de ces champs avec les implants cardiaques actifs peut avoir différents effets. Par exemple, dans des cas relativement inoffensifs, elle peut entraîner un changement de mode du stimulateur cardiaque et, dans les cas graves, même un choc insuffisant et douloureux avec des défibrillateurs implantés (DCI). Cependant, avec les implants actuels, ces interférences sont très rares en raison des améliorations techniques apportées aux dispositifs antérieurs. Selon l’étude et l’implant, seuls 0,3 à 0,7 cas pour 100 années-patients ont pu être détectés.

Néanmoins, les dangers des interactions possibles déstabilisent souvent les patients : environ un quart des patients abordent ce sujet au cours des examens de suivi. De nombreux patients se limitent aussi inutilement par crainte d’interférence dans la vie quotidienne.

Comment manipuler les appareils technologiques ?

Téléphones mobiles

Les téléphones mobiles et les smartphones modernes avec fonction Internet ne présentent qu’un très faible risque d’interférence. Une distance de sécurité de 15 cm par rapport à l’implant, telle que recommandée il y a dix ans, n’est plus nécessaire grâce à la fonction de téléphonie et d’Internet. Dans les études portant sur les smartphones, il n’y a eu qu’un seul cas où des signaux d’interférence ont été détectés après que le téléphone portable ait été placé directement sur la zone de peau sous laquelle se trouve l’implant.

En revanche, les porteurs de stimulateurs cardiaques et de DCI doivent garder une distance minimale de 10 cm par rapport aux stations de charge inductive.

Électronique grand public et écouteurs

Les lecteurs MP3 peuvent être utilisés sans hésitation. Les interférences n’ont pas pu être prouvées dans les études. Toutefois, comme ils peuvent interférer avec la télémétrie entre le dispositif de programmation et l’implant pendant l’examen de suivi, ils ne doivent pas être utilisés pendant cette période.

Les aimants permanents traités dans les écouteurs ou les haut-parleurs peuvent provoquer des interférences avec les stimulateurs cardiaques et les défibrillateurs. Ils ne doivent donc jamais être placés directement sur le site où le dispositif est implanté.

Dispositifs antivol dans les magasins

Les systèmes de surveillance électronique des articles dans les zones d’entrée et de sortie des grands magasins doivent être rapidement passés par les porteurs de dispositifs. Ils ne doivent pas rester inutilement longtemps dans leur champ magnétique.

Le plus grand risque d’interférence est posé par les dispositifs antivol magnétiques personnalisés. Les porteurs de stimulateurs cardiaques doivent être éloignés de 60 cm des scanners RFID et les porteurs de défibrillateurs de 40 cm.

Détecteurs de métaux

Selon les données disponibles, tant les détecteurs de métaux à arcade que les détecteurs à commande manuelle, comme ceux utilisés dans les aéroports, ne présentent pas de risque pour les porteurs d’implants.

Voyages/Mobilité

Les patients se demandent souvent s’ils peuvent utiliser des véhicules hybrides et électriques sans risque. Les experts donnent maintenant le feu vert : aucune interaction avec les appareils n’a pu être détectée dans les voitures.

Il n’y a pas non plus de restrictions médicales pour les voyages en avion ou en train.

« Les restrictions de voyage pour les patients ayant des implants de rythme cardiaque actif peuvent être indiquées en fonction de la maladie cardiaque sous-jacente, mais pas en fonction de la simple présence d’un implant cardiaque », indique la déclaration des deux sociétés.

Lignes électriques

Les lignes électriques correctement installées dans la maison ne présentent pas de risque potentiel d’interférence électromagnétique pour les porteurs de stimulateurs cardiaques et de DCI. Pour éviter les interférences, les porteurs de stimulateurs cardiaques et de DCI doivent accorder une attention particulière à la mise à la terre correcte des appareils électriques et ne doivent pas laisser fonctionner des appareils ménagers défectueux. Il est également possible de passer sous des lignes à haute tension ou sur des câbles souterrains.

Cuisinières à induction

Les patients dépendant d’un stimulateur cardiaque et les porteurs de DCI en particulier doivent maintenir une distance de sécurité d’au moins 25 cm entre l’implant et le foyer d’induction. Cela signifie que rien ne s’oppose à l’utilisation normale du poêle.

Échelles de graisse corporelle

En principe, en matière de perturbateurs pacemaker, le risque d’interférence semble faible et ne justifie une restriction concernant les barèmes de graisse corporelle que dans une mesure limitée. Cependant, les patients porteurs de stimulateurs cardiaques sans rythme cardiaque propre adéquat ainsi que les porteurs de DCI doivent s’abstenir de les utiliser pour le moment, car le petit nombre de cas des patients examinés jusqu’à présent ne permet pas une évaluation claire des risques.

Comme les dispositifs électriques ne peuvent être considérés comme la force des champs électromagnétiques qu’ils provoquent, il convient de préciser avant l’implantation si le patient est exposé à de fortes sources d’interférences dans des environnements privés ou professionnels. Si nécessaire, le médecin traitant peut contacter l’association professionnelle responsable avant l’intervention afin de minimiser le risque à l’avance en sélectionnant l’implant approprié pour la personne et en ajustant les paramètres du dispositif.

Lors du retour au travail, il faut décider au cas par cas si le salarié concerné peut continuer à travailler à son ancien poste ou si des restrictions sont nécessaires. Cela s’applique, par exemple, au travail avec des équipements techniques ou si le patient est exposé à de puissants aimants permanents. Afin de réduire les perturbateurs pacemaker, l’évaluation du lieu de travail doit toujours être effectuée en étroite collaboration entre l’employeur, le médecin d’entreprise et le spécialiste de la sécurité au travail. « L’objectif premier est toujours de préserver le lieu de travail », confirment les experts dans la déclaration. « L’expérience a montré que dans de nombreux cas, il est possible de réintégrer le porteur d’implants dans la vie professionnelle quotidienne ».

Quitter la version mobile