Senior expert

Les rhumatologues espèrent une approbation rapide de rhumatismes médicaments

De nouveaux médicaments pour les variantes rhumatismales sont dans les starting-blocks. Les rhumatologues espèrent maintenant une approbation rapide pour le rhumatisme médicament.

L’amélioration des patients grâce au rhumatisme médicament.

Aucun des médicaments n’est actuellement approuvé pour soulager certaines formes de rhumatisme. Par exemple pour le traitement des collagénoses douloureuses et pour le traitement des vascularisés. Plus précisément, sur les maladies inflammatoires du tissu conjonctif ou des vaisseaux sanguins. Toutefois, la situation des patients atteints du rhumatisme pourrait encore s’améliorer dans les années à venir grâce à une recherche intensive dans ce domaine. Les médecins sont maintenant à la recherche du rhumatisme médicament. C’est ce que les experts à la veille de la conférence de presse préliminaire à Berlin ont souligné.

Qu’affecte le rhumatisme ?

Les rhumatismes n’affectent pas seulement les articulations. Sous leurs nombreuses formes, les maladies rhumatismales auto-immunes inflammatoires s’attaquent également aux organes. Ces maladies attaquent également les tissus et même la peau. Le rhumatisme est aussi lié à l’arthrose. Dans les collagénoses, telles que le lupus érythémateux disséminé (LED) ou le syndrome de Sjögren, le tissu conjonctif devient malade. De plus, les vascularisés attaquent les vaisseaux sanguins.

« C’est vrai qu’il existe des médicaments efficaces pour les rhumatismes articulaires. En revanche, la pharmacothérapie des collagénoses et des vascularisés est encore limitée », déclare le président de la conférence de la DGRh. On doit donc faire du traitement sur les nombreuses variantes et manifestations du risque du rhumatisme chez les patients. Pour cela, les médecins ont besoin de plus de substances actives que celles qui sont actuellement approuvées pour le traitement des maladies respectives. « Toute nouvelle substance est donc la bienvenue et sera utilisée. Cette utilisation se fait surtout avec ou sans approbation officielle pour une maladie particulière — pour autant qu’elle ait un sens scientifique et clinique », souligne le professeur Müller-Ladner.

Les principaux médicaments sur le rhumatisme.

Néanmoins, le rhumatologue espère que davantage de médicaments palliatifs seront bientôt disponibles pour les variantes rhumatologiques spéciales. L’année dernière, le secukinumab a été introduit comme premier ingrédient actif qui bloque la substance messagère interleukine 17. « L’interleukine 17 est l’une des plus importantes substances de signalisation qui augmente l’inflammation. Il constitue également une force motrice, en particulier dans les processus inflammatoires de la colonne vertébrale et des insertions tendineuses », explique le professeur. Le médicament a déjà été utilisé avec succès dans le psoriasis avec infestation des articulations et l’arthrite psoriasique. On l’utilise aussi dans la spondylarthrite ankylosante, une sorte de maladie dans laquelle les vertèbres croissent ensemble et se raidissent. Deux autres principes actifs sont le tofacitinib et le baricitinib. Ils pourraient être approuvés dès l’année prochaine. Ces médicaments bloquent également la transmission des signaux inflammatoires dans les cellules de défense. « Dans les études cliniques, le tofacitinib et le baricitinib ont montré un effet fort avec une bonne tolérabilité », rapporte ce professeur. « De nombreux patients pourraient également se réjouir du fait que les inhibiteurs de kinases puissent être pris sous forme de comprimés », a déclaré l’expert.

Quel est le traitement le plus efficace ?

Toutefois, il faudra probablement attendre plusieurs années avant qu’une autre substance active — le mavrilimumab — soit lancée. L’anticorps empêche les cellules dites « scavenger » de stimuler la réaction inflammatoire dans le tissu. Le professeur espère que ce rhumatisme médicament sera également efficace contre les vascularisés.

« Cependant, on doit encore attendre les résultats des autres études cliniques », admet le rhumatologue. L’élimination des cellules inflammatoires est également une stratégie de traitement efficace. Les rhumatologues utilisent depuis plusieurs années l’anticorps rituximab. En fait, il est à l’origine d’un médicament anticancéreux qui provoque la destruction de ces cellules.

« Le rituximab est devenu une partie intégrante de notre répertoire thérapeutique pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde », déclare le professeur. Entre-temps, le rituximab a été approuvé pour le traitement des vascularisés. Et d’après le professeur Müller-Ladner, la substance active s’est également révélée efficace dans la sclérose systémique. Cette dernière est une maladie rhumatismale de la peau.

« Il est crucial que les substances actives prometteuses passent rapidement par les procédures d’approbation. De plus, la recherche rhumatologique atteint les patients le plus rapidement possible », déclare le professeur Müller-Ladner. Lors de la conférence de presse préliminaire à Berlin, des experts en la matière discuteront des nouveaux médicaments. Les patients peuvent s’attendre de ces médicaments et des innovations qu’offre la recherche actuelle en rhumatologie.

 

Quitter la version mobile