Les personnes âgées ont besoin d’amour et de patience

Peut-être que nos parents ou nos grands-parents n'ont plus l'énergie qu'ils avaient, qu'ils ne peuvent plus bien bouger, qu'ils ne se souviennent plus de qui on est, parfois, ils restent presque sans voix quand ils parlent ou peut-être qu'ils rendent fous parce qu'ils ne voient rien de positif dans leurs journées. C'est peut-être comme ça et c'est comme ça que ça devrait être, parce que les personnes âgées sont faites de routines et de besoins que nous ne comprenons pas. Il y a plus, peut-être pour les plus jeunes qu'eux, la logique qui explique ces exigences et ce léger égoïsme que nous voyons dans leurs paroles nous échappe. Cependant, nous pouvons dire qu'à une époque où la société dépersonnalise les personnes âgées et leur vole leur intimité, les angoisses qu'elles expriment répondent souvent à leur besoin de réaffirmer leur identité.

Quand vos parents vous embêtent, souvenez-vous

Lorsque vos parents vous dérangent, rappelez-vous qu'ils exercent leur droit de prendre des décisions à un moment de leur vie où ils dépendent des autres. Ne vous impatientez pas parce qu'ils marchent lentement, ne vous énervez pas s'ils crient, pleurent, ou font de nombreux tours pour vous communiquer un simple message. Lorsque les discours de vos parents vous mettent en colère, n'oubliez pas que c'est peut-être la dernière fois que vous écoutez cette bataille de leur passé. Aimez-les dans leur vieillesse, donnez-leur ce dont ils ont besoin. Peu importe le temps qu'il leur faut pour se rendre à un endroit, ils ont besoin de votre soutien et de votre affection. Il y a une rupture dans l'histoire familiale, où les âges s'accumulent et se chevauchent et où l'ordre naturel n'a aucun sens : c'est lorsque le fils devient le père de son père. C'est alors que le père devient vieux et commence à se barricader comme s'il était au milieu d'un banc de brouillard, lent et imprécis. C'est quand l'un des parents, qui t'a pris par la main quand tu étais petit, ne veut plus être seul. C'est quand le père, autrefois sûr et imbattable, s'affaiblit et prend l'air deux fois avant de se lever. C'est alors que son père, qui en d'autres temps donnait des ordres et organisait, aujourd'hui ne fait que soupirer, gémir, et chercher la porte et la fenêtre qui lui semblent maintenant très éloignées. C'est lorsque l'un des parents, auparavant actif et travaillant, ne peut pas s'habiller et ne peut pas se souvenir de prendre ses médicaments. Et tout ce que nous avons à faire, en tant qu'enfants, c'est d'accepter la responsabilité de cette vie. Cette vie qui a généré et qui dépend maintenant de nous pour mourir en paix.

Les personnes âgées ne sont pas comme les enfants

Les personnes âgées sont comme des enfants en ce sens qu'elles ont besoin de patience, d'attention, de soins, de compréhension et d'affection. Peut-être qu'à certains moments, ils requièrent notre attention et notre protection de manière paternaliste, mais cela ne signifie pas qu'il faut communiquer avec eux par le biais d'un langage enfantin : langage des anciens, en anglais. On ne peut pas les traiter comme s'ils ne savaient rien, ce sont des gens qui ont des histoires de vie incroyablement riches. Leur parler avec des diminutifs trop simplifiés, simplifier le langage, adopter une voix d'enfant ou ne pas tenir compte de leur pouvoir de décision est une mauvaise façon de les traiter. Les personnes âgées n'ont donc pas besoin d'être traitées comme des enfants, car elles ne le sont pas. Ce sont des adultes qui, en raison de leur âge et éventuellement de multiples pathologies, ont certaines limites avec lesquelles ils doivent vivre. Les traiter naturellement leur donne la possibilité d'accepter leurs limites et en même temps de reconnaître leurs vertus. D'autre part, il est important de faire une radiographie des mauvais traitements infligés aux personnes âgées, ce qui est beaucoup plus fréquent qu'on ne le pense. Les formes les plus courantes de mauvais traitements consistent à ne pas les laisser prendre leurs propres décisions personnelles dans divers aspects de la vie quotidienne, à leur refuser de l'aide, à leur offrir une médiation excessive ou insuffisante, à ne pas les aider et à les violer émotionnellement et physiquement. Ils font partie du congé, de l'adieu à un morceau de notre âme qui leur appartient. Avec eux va tout ce qu'on n'a partagé avec personne d'autre et dont ils ne resteront pas les témoins. Cela nécessite bien sûr un grand travail intérieur que la vie offre la possibilité d'accomplir. Nous ne pouvons pas y échapper, les personnes âgées ont besoin d'une immense affection et d'une patience infinie. Les deux ingrédients de base de la recette des soins, à la fois le baume de leur angoisse et de leur tristesse face aux capacités perdues et l'adieu à la vie. Les merveilleux grands-parents, nous vivons dans un monde où la figure des grands-parents a pris de plus en plus de poids et d'importance. Aujourd'hui, on parle des merveilleux grands-parents.