Les étapes administratives suite au décès d’un proche

Publié le : 11 février 20215 mins de lecture

Dans les premiers jours qui suivent le décès d’un parent, d’autres tâches attendent les survivants. Si le décès est dû à un accident, par exemple, la compagnie d’assurance doit être informée dans les 48 heures, généralement seulement après que l’assurance accident aura été payée. Découvrez les étapes administratives suite au décès d’un proche.

Prenez soin du certificat de décès

Le certificat de décès est un point important à prendre en compte lors des démarches administratives décès. Cette demande doit être faite au plus tard le troisième jour ouvrable suivant le décès. Pour cela, vous avez besoin de papiers d’identité, d’un certificat de décès et d’un certificat d’état civil du défunt. Pour les personnes célibataires, il s’agit de l’acte de naissance, pour les personnes mariées, de l’acte de mariage et pour les veuves, de l’acte de décès du conjoint décédé. Dans le cas de personnes divorcées, le jugement de divorce est également requis. Notez que ce n’est pas le bureau d’état civil du lieu de résidence d’origine qui est responsable du certificat de décès, mais le bureau d’état civil du lieu du décès. Comme vous devez présenter le certificat de décès à certains bureaux et autorités, il est conseillé de le faire établir en plusieurs exemplaires. Toutefois, si vous annulez d’autres polices d’assurance comme l’assurance automobile, une copie sera suffisante.

Trouvez le testament

Le certificat de décès et le testament régissent la succession du défunt. Si vous le trouvez chez vous, vous devez le soumettre au tribunal des successions afin que tous les héritiers puissent être informés et convoqués à la lecture du testament. Le tribunal local dans le district duquel le défunt avait déclaré sa dernière résidence est compétent. Veillez à y présenter tous les documents qui pourraient avoir un caractère testamentaire. Si un testament n’est pas déposé, vous pouvez être poursuivi en justice. Il est possible que le défunt ait placé le testament en détention officielle de son vivant, moyennant des frais. Ensuite, il est généralement déjà déposé auprès du tribunal des successions.

Renseignez-vous sur un certificat d’héritage

Certaines questions ne peuvent être réglées que si vous êtes identifié comme l’héritier légal du défunt. Veillez donc à vous munir en temps utile d’un certificat d’héritage. Ce document est un certificat officiel et sert de preuve à des tiers tels que les banques ou les compagnies d’assurance. Vous pouvez demander le certificat d’héritage auprès d’un notaire ou directement au tribunal des successions. Toutefois, la procédure est assez complexe et les frais de délivrance du certificat d’héritier dépendent du montant de la succession et peuvent être supérieurs à 1 000 euros en cas de succession importante. Il est donc préférable de demander d’abord si l’autorité que vous souhaitez contacter exige un certificat d’héritier. Dans certains cas, une copie certifiée conforme du testament comme « document d’identité » est également suffisante. Si le défunt dispose d’une procuration de compte qui prend effet en cas de décès, vous n’avez pas besoin d’un certificat d’héritage pour accéder au compte bancaire. Un certificat d’héritage ne sera délivré que si vous acceptez l’héritage. Si nécessaire, annulez les baux. Après le décès, réfléchissez rapidement à la manière dont vous souhaitez procéder pour un appartement loué par le défunt. Si le défunt partageait les locaux avec un partenaire, la location est transférée au partenaire après son décès. Par ailleurs, veuillez noter que le délai de préavis légal de trois mois s’applique également en cas de décès. D’ici là, ils peuvent devoir continuer à payer un loyer.

Des règles spéciales s’appliquent si le défunt a été placé dans une maison de repos. Ici, la date du décès marque la fin du contrat. Discutez avec la direction de l’établissement du moment où vous devez évacuer tous les biens de la chambre du défunt.

Plan du site