Allocations aux personnes âgées : quelle est la différence entre l’APA et l’ASPA ?

Allocations aux personnes âgées

Publié le : 10 février 20217 mins de lecture

Il existe diverses allocations qui permettent d’aider les personnes âgées. Parmi ces allocations figurent l’apa et l’aspa. L’apa (allocation personnalisée d’autonomie) est destiné à des personnes âgées qui ont des problèmes d’autonomie, c’est-à-dire qu’elles nécessitent constamment l’assistance d’autres personnes pour réaliser ses besoins quotidiens. Quant à l’aspa (allocation de solidarité aux personnes âgées), il s’agit d’un soutien financier qui leur donne la possibilité de se satisfaire d’un revenu minimum pour vivre. Ces personnes vieillissantes perdent la vigueur et la force de leur jeunesse, et nécessitent en beaucoup de cas une assistance sociale spécialisée. Cet accompagnement fin de vie personne âgée ne saurait alors être la même pour toutes ces personnes, mais elle se calcule en prenant en compte la situation et l’état de santé de la personne âgée. Ainsi, quelles différences y a-t-il entre l’apa et l’aspa ?

Différence de modalités

Apa et aspa sont un accompagnement fin de vie personne âgée. Elles permettent à ces personnes d’avoir une vie sociale supportable. Cependant les conditions pour les obtenir diffèrent et dépendent généralement de leur état de santé et situation.

  • Selon l’âge : l’Allocation personnalisée d’autonomie est destinée à des personnes dont l’âge est d’au moins 60 ans. Cependant, pour bénéficier de l’Allocation de solidarité pour les personnes âgées, il est nécessaire d’avoir au moins 65 ans.
  • L’état de santé des bénéficiaires : l’apa est alloué à des personnes qui ont une perte d’autonomie. Il faudrait donc que la personne présente un état de santé qui est jugé défaillant. Ce jugement repose sur un certain nombre de critères médico-sociaux par exemple un affaiblissement grave de la santé mentale, ou encore une cécité complète. Ce classement s’effectue sur une grille appelée groupe iso-ressource (Gir). Elle s’étend sur une échelle de 1 à 6 et seules les personnes classées dans les Gir 1 à 4 qui peuvent bénéficier de l’apa. L’obtention de l’aspa ne dépend pas de cette grille.

Il n’est pas nécessaire de parler des critères de résidence, car elles sont identiques pour les deux sortes d’allocations auxquelles notre attention est focalisée. Par ailleurs, le fait que ce soutient financier nécessite des conditions d’attribution complexes fait partie des inconvénients de l’apa.

Dans le même thème : Garde de nuit des personnes âgées : Les aides financières et avantages fiscaux

Le montant

Il existe des modes précis de calculs qui sont à la base de la définition de ces allocations. L’objectif est de subvenir à des manques que ces personnes âgées ne peuvent plus compléter d’elles-mêmes pour assurer une vie sociale supportable. Il convient donc pour être raisonnable de mettre en place un certain nombre de paramètres qui sont pris en comptent dans le calcul de l’apa et de l’aspa, et de réussir un accompagnement de fin de vie raisonnable pour les bénéficiaires.

Pour l’apa, c’est la grille Gir qui sert de paramètre principal, les valeurs suivantes sont des sommes versées par le Carsat par mois :

  • Gir 1 : 1 742,34 euros
  • Gir 2 : 1 399,03 euros
  • Gir 3 : 1 010,85 euros
  • Gir 4 : 6 74,27 euros

Quant à l’aspa, le versement reçu par le bénéficiaire peut s’élever jusqu’à 1 402,22 euros par mois, soit à 16 826,64 euros par an. Ce sont les plafonds pour cette aide financière aux personnes âgées, mais la somme réelle recevable mensuellement est obtenue en faisant la différence entre le plafond de l’aide et les revenues mensuelles de la personne ou du couple.

À parcourir aussi : Accueil familial pour personnes âgées et handicapées

Récupérabilité et succession

Il est vrai que ces allocations sont toutes cumulables, mais seule l’Allocation de solidarité pour les personnes âgées sont récupérable par succession. Cela veut dire que si le bénéficiaire vient à décéder, ses descendants pourront récupérer la somme cumulée sous une certaine condition :

  • La somme cumulée doit dépasser 39 000 euros en France métropole et 100 000 euros en département de la Guyane, Guadeloupe, Martinique et la Réunion.
  • La somme récupérée est fixée jusqu’à 9 799,48 euros par an, et dépend de la taille et des ressources financières du foyer qui va la récupérer.

L’un des inconvénients de l’apa alors, c’est de ne pas être récupérable.

Reste à charges

Il s’agit d’une participation financière de la personne âgée qu’elle doit régler. Ces aides donc ne sont pas du tout faites pour se désengager totalement. Pour le cas de l’aspa, la participation financière est le revenu que la personne ou le couple obtient chaque mois. De même, l’apa tient en compte les revenus mensuels de la personne âgée ou du couple :

  • Si le revenu financier mensuel est en deçà de 813,39 euros, le reste à charge est nul ;
  • Si le revenu financier mensuel est compris entre 813,39 euros et 2995,53 euros, le reste à charge varie de 0 à 90 % du plan d’aide ;
  • Si le revenu financier mensuel est supérieur à 2 995,53 euros, le reste à charge est de 90 % du plan d’aide.

Il est clair que pour des personnes âgées ayant des problèmes de santé graves, ce sont ses proches ou des accueillants qui s’occupent des restes à charge. Dès fois, il arrive que ces bienveillantes personnes soient eux aussi hospitalisées ou entrent dans un problème de crise financière. Dans ce cas le reste à charge pourrait considérablement diminuer. 

.

 

Plan du site