Senior expert

5 conseils pour bien choisir son premier appareil auditif

Appareil auditif

La perte d’audition peut vite devenir un handicap si vous ne réagissez pas au bon moment. Vous craignez de porter une prothèse auditive et redoutez son aspect peu esthétique ? Cette hésitation n’a pas lieu d’être puisque les fabricants proposent désormais des modèles minimalistes et discrets. Dans cet article, vous trouverez 5 conseils qui vous aideront à choisir votre première prothèse en toute connaissance de cause.

Conseil n°1 : Vérifiez les compétences de votre audioprothésiste

Acheter un premier appareil auditif est plus compliqué que cela puisse paraitre. Pour cette raison, le choix de l’audioprothésiste est déterminant. Il s’agit du spécialiste qui vous présentera conseils et assistance afin de vous aider à définir les caractéristiques de votre dispositif. Pour trouver le bon, il va falloir en consulter plusieurs et comparer leurs offres. Confrontez les tarifs, la qualité de l’accueil, la fluidité de la communication, la disponibilité et bien d’autres éléments qui peuvent en dire long sur la nature de la collaboration que vous allez avoir. Nous vous recommandons alors de vous renseigner auprès de votre mutuelle santé. Les complémentaires santé nouent des partenariats avec des audioprothésistes avec des compétences confirmées. Cependant, si vous comptez faire vos propres recherches, assurez-vous que le professionnel propose une grande variété d’appareils avec une grande palette de prix.

Conseil n°2 : Définissez vos besoins avec précision

Les appareils auditifs répondent à différents profils de patients. Ces dernies peuvent être malentendants ou souffrir d’une surdité quasi-totale. A vous de connaitre à quelle catégorie vous appartenez afin de déterminer les caractéristiques des prothèses auditives qui vous conviennent comme une connexion Bluetooth, la diminution de l’impact des bruits environnants et du vent. Par exemple, si dans votre quotidien, vous êtes constamment exposé aux sources de nuisance sonore, votre appareil doit apporter une protection renforcée contre les sons forts. Vous bougez beaucoup ? Vous devez porter une prothèse pratique et adaptée à vos mouvements. Vous souffrez d’une déficience auditive tout en pratiquant une activité professionnelle avec un contact direct avec les clients ? Vous devez donc porter un appareil miniature et très discret. Privilégiez toutefois les modèles connectés que vous pouvez régler et contrôler à partir de votre Smartphone.

Conseil n°3 : Ne sous-estimez pas les performances d’un appareil à prix réduit

On pense qu’une aide auditive bon marché est forcément de mauvaise qualité. Mais la vérité est toute autre : depuis janvier 2020, les dispositifs de classe I sont soumis à un cahier des charges avec des exigences très précises sans lesquelles ils ne peuvent pas entrer dans le cadre de l’opération 100 % santé. On distingue 2 grands groupes : celui de l’audioprothèse I et II. La première catégorie regroupe les appareils remboursés par l’assurance équipés d’un atténuateur de bruits, 2 programmes, 12 formules de réglage et la fonctionnalité anti-larsen. La seconde, qui contrairement à la précédente ne permet d’accéder au zéro à charge, est celles des appareils les plus sophistiqués. Il convient de rappeler que selon des études récentes, les prothèses I ne sont pas d’une qualité inférieure aux prothèses II malgré la différence de prix existante.

Conseil n°4 : N’achetez pas votre prothèse sur Internet

Beaucoup de fabricants mettent leurs prothèses en vente sur la toile via leurs e-boutiques. Pourtant, la commercialisation de ces produits en ligne est illégale. Ne confondez donc pas les appareils médicaux avec les assistants d’écoute pour seniors. Même s’ils répondent à la fonctionnalité intra auriculaire, ces derniers présentent des performances réduites et n’entrent pas dans la catégorie des appareils remboursés par la Sécurité Sociale. Par ailleurs, faire ce type d’achat sans consulter de spécialiste est acte imprudent. Le professionnel est là pour identifier vos besoins et vous orienter vers le meilleur choix qui s’offre à vous. Par la suite, il procède à certains réglages afin d’adapter davantage l’appareil à la forme de vos oreilles ainsi qu’à votre profil auditif. Inutile de rappeler que les prothèses d’occasion sont à proscrire. Elles ne seront ni conforme à vos besoins même si leurs propriétés générales ont l’air, de prime abord, de vous correspondre.

Conseil n°5 : Procédez à un entretien régulier

Ce serait dommage d’abîmer votre conduit auditif pour des défauts d’entretien de l’appareil auditif. Pour un bon nettoyage, vous avez uniquement besoin d’un chiffon sec avec lequel vous allez devoir essuyer votre prothèse tous les soirs avant de dormir. L’usage de l’eau et de produits détergent est interdit. Pour enlever les résidus et saletés qui s’y seront accrochés, il vous suffit d’utiliser un vaporisateur avec un nettoyant spécialement conçu pour l’entretien des prothèses. N’oubliez pas de laisser sécher avant remettre la prothèse.

Quitter la version mobile